samedi, juin 15News That Matters

Politique : Le président du PDCI et probable candidat à la prochaine élection présidentielle a 89 ans.

Henri Konan Bédié qu’on surnomme le sphinx de Daoukro en raison de sa longévité politique fête ses 89 ans ce vendredi 5 mai 2023 alors qu’il est en pole position pour être désigné candidat de son parti à l’élection présidentielle dans deux ans.

Le parti démocratique de Côte d’Ivoire, le plus vieux parti du pays, a aussi le plus vieux dirigeant en activité. Son président, Henri Konan Bédié, fête en effet sa 89è année ce mercredi 5 mai 2023. Au sein de son parti qu’il dirige d’une main de fer depuis plusieurs décennies, Bédié est surtout en pôle position pour être désigné candidat à l’élection présidentielle prévue dans deux ans.
A 91 ans, il rejoindra ainsi sur la ligne de départ un certain Laurent Gbagbo, 78 ans dans quelques semaines et 80 ans dans deux ans, pour le compte du PPA-CI, et Alassane Ouattara, 81 ans, (83 ans) président en exercice et candidat à sa propre succession.
Ce trio d’éléphants qui monopolise la vie politique nationale depuis très longtemps voit également le cercle de leurs détracteurs grossir. Au PDCI, Noël Akossi Bendjo, un fidèle parmi les fidèles du président du PDCI n’a pas manqué de lui demander d’abandonner ses charges pour être perçu, dit-il, comme le Mandela ivoirien.
Mais son invitation a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par le congrès extraordinaire du parti tenu le 30 mars dernier. Cette rencontre a en effet voté une résolution désignant Henri Konan Bédié comme son candidat unique à l’élection présidentielle.
Le président du PDCI fait d’ailleurs mieux que son devancier, Houphouët-Boigny qui fonda le parti en 1945. Le premier président ivoirien eût en effet un règne sans partage à la fois sur son parti et sur le pays mais relativement court puisqu’il est décédé à 88 ans.
Quelques années avant sa mort, ses opposants avaient régulièrement mis en doute sa capacité à gouverner en raison de son grand âge, certains d’entre eux étant aujourd’hui en piste pour diriger le pays.
Né le 5 mai 1945 à Daoukro, Bédié a eu « une vie au service de la Côte d’Ivoire », a écrit, en guise d’hommage, l’éditorialiste du Nouveau Réveil, le journal proche de son parti.
C’est dès son retour de France, en 1958, après ses études, qu’Henri Konan Bédié va assumer les fonctions de directeur de la Caisse de prévoyance sociale et des prestations familiales.
Il est ensuite nommé ambassadeur de la Côte d’Ivoire aux Etats-Unis et au Canada de 1961 à 1966, puis est promu, à son retour au pays, délégué aux Affaires économiques et financières durant deux ans, de 1966 à1968, d’où il est désigné ministre de l’Économie et des Finances jusqu’en 1977.
Cette année-là, il est pourtant limogé sans ménagement par le président Houphouët-Boigny à la suite des détournements dans le complexe sucrier de Ferkessédougou.
Mais à la faveur de l’ouverture politique, Bédié est élu député et maire de Daoukro. Il prend surtout la tête de l’Assemblée nationale à la place de Philippe Yacé tombé en disgrâce. Il dirigera cette institution jusqu’à 1993, à la mort Félix Houphouët-Boigny, le 7 décembre 1993.
Après avoir terminé l’intérim de l’ancien président, Bédié est élu président de la République en octobre 1995 avant d’être renversé en 1999 et de s’exiler en France.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *