dimanche, avril 21News That Matters

Affi N’guessan assure que le FPI n’est plus dans l’opposition

En raison du partenariat signé avec le parti au pouvoir, le FPI, n’est plus dans l’opposition, a assuré Affi N’guessan, vendredi, au micro de 7 infos.

Décryptant le partenariat qui lie son parti, le FPI, et le RHDP, Affi N’guessan a affirmé, vendredi, au micro de 7 infos, qu’« on ne peut pas dire qu’on est dans l’opposition dans la mesure où nous avons un partenariat avec le parti au pouvoir », a-t-il clarifié.
Depuis le 2 mai dernier, l’ancien parti de Laurent Gbagbo et le RHDP ont lié leur destin pour « rompre avec les cycles de violences, qui ont, dans le passé, déstabilisé le pays », a indiqué Affi N’guessan.
Officiellement, il s’agit d’un accord de partenariat sur la démocratie, après des tractations qui ont débuté en janvier, a précisé un membre de l’équipe d’Affi.
Au terme de cet accord, le RHDP et le FPI s’engageaient à respecter les principes de démocratie et à mener des actions de sensibilisation sur la paix. Ils s’interdisaient aussi tout propos et tout acte susceptible de nuire à la cohésion sociale.
Rien en revanche ne laissait penser que le FPI n’était plus un parti d’opposition. C’est d’ailleurs ce qu’a cru le journaliste de 7 infos qui s’est risqué à affirmer que « depuis le 2 mai, le FPI est toujours dans l’opposition ».
Mais la réponse du président du FPI a fusé : « on ne peut pas dire que nous sommes dans l’opposition dans la mesure où nous avons un partenariat avec le parti au pouvoir ».
Le président du FPI a aussi expliqué que « nous ne sommes pas dans la majorité gouvernementale dans la mesure où nous ne participons pas au gouvernement ». Et qu’il suffirait que le chef de l’Etat accepte pour que cette étape soit franchie.
« Cela dépend du chef de l’Etat. C’est lui qui est au pouvoir et qui a la responsabilité de l’exécutif. C’est lui qui peut faire appel à qui il veut pour l’accompagner dans la mise en œuvre de son programme. Donc, s’il pense qu’au-delà du partenariat, il a besoin de certains cadres du FPI dans tel ou tel domaine de la vie nationale, nous aviserons et nous prendrons une décision. Nous ne l’excluons pas et nous ne fuirons pas cette responsabilité parce qu’il s’agit de se mettre au service de la Côte d’Ivoire », a soutenu le patron du FPI.
Pascal Affi N’Guessan avait pourtant dit, lors de la cérémonie de signature de l’accord de partenariat que « cet accord n’est pas un partage de postes et de gâteaux. Mais ce partenariat n’interdit pas de se retrouver là où cela nous semblera nécessaire. Par « nécessaire », nous entendons par exemple les mairies ou les régions où des accords s’imposeront afin de faire barrage à des candidats qui ne partagent pas notre objectif de réconciliation nationale, de cohésion sociale et de démocratie. »

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *