samedi, juin 15News That Matters

Concertation de la Cédéao ce jeudi concernant une éventuelle intervention militaire face à la crise au Niger.

Alors que la Russie et le Mali expriment leur appel en faveur d’une résolution paisible de la crise au Niger, les chefs des états-majors de la région ouest-africaine se réuniront au Ghana ce jeudi et vendredi. La perspective d’une intervention armée par le bloc ouest-africain au Niger est de nouveau examinée.

Les chefs des états-majors de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) se réuniront au Ghana pour discuter de cette éventuelle action militaire, d’après une source militaire régionale, et cette information a été confirmée par une source au sein de la CEDEAO.

Initialement prévue pour samedi dernier, cette réunion a été repoussée en raison de « raisons techniques ». Elle se tiendra donc une semaine après la décision des dirigeants de l’organisation de mobiliser leur « force en attente » afin de rétablir le président du Niger, Mohamed Bazoum, dans ses fonctions suite au coup d’État militaire du 26 juillet.

Bien que plusieurs pays aient exprimé leur volonté d’envoyer leurs forces armées au Niger, notamment la Côte d’Ivoire, la CEDEAO insiste sur sa préférence pour une approche diplomatique.

Au cours d’un entretien téléphonique ce mardi, le président russe Vladimir Poutine et son homologue malien, Assimi Goïta, arrivé au pouvoir par un coup d’État en 2020, ont souligné l’importance de régler la situation au Niger « exclusivement par des moyens pacifiques et politico-diplomatiques ».

Le Mali, pays voisin du Niger, avait rapidement affiché sa solidarité envers les militaires en poste à Niamey.

Z. K.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *