dimanche, avril 21News That Matters

Gabon: la famille Bongo, une dynastie en ruine après plus de 55 ans

Au Gabon, le pouvoir d’Etat était une affaire de la famille Bongo depuis plus de 55 ans. Elle a dirigé le pays, via Omar d’abord, de 1967 à 2009( année d’accession au pouvoir du fils Ali Bongo). C’est une  »tempête sèche » des casernes qui a transformé en ruine la dynastie le mercredi 30 août 2023.

Albert-Bernard Bongo avant ses 32 ans succède à Léon Mba, fin 1967, à la tête de l’État gabonais, avec le soutien de la France. En février 1961, Léon Mba devient président. Trois ans plus tard, il est déposé lors d’un coup d’État, puis réinstallé grâce à une intervention de l’armée française.

Ali Bongo, président depuis 2009, rêvait plutôt de faire carière dans la musique comme sa mère Patience Dabany.  Il s’essai dans le funk aux côtés des musiciens de James Brown sans briller. Après des études en France, à moins de trente ans, il est de retour à Libreville au cabinet de son père d’abord, au ministère des Affaires étrangères puis à la Défense.

Le coup d’Etat intervient après la publication, dans la nuit de mardi à mercredi, des résultats officiels de la présidentielle 2023 par le Centre gabonais des élections (CGE). Ces résultats donnent le président Ali Bongo vainqueur avec 64,27% des voix contre 30,77% pour son principal rival, l’opposant Albert Ondo Ossa, le candidat consensuel de la coalition Alternance 2023. Des « résultats tronqués » selon le CTRI, qui a annoncé plus tôt en journée avoir « dissous » toutes les institutions et « mis fin au régime en place ».

AR Regtoumda

(Visited 5 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *