dimanche, avril 21News That Matters

Top 5 des pays africains comptant le plus de prostituées

Le site sénégalais Pulse à travers un rapport à rendu public une liste des pays africains où la prévalence de la prostitution est la plus élevée. Le document tient compte du nombre de travailleurs du sexe présents dans ces pays et sur le statut juridique de la prostitution dans chacun d’entre eux.

Le rapport souligne que la prostitution prospère dans certains pays africains alors qu’elle est illégale dans d’autres, comme le Ghana, où elle est passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 ans, et que certains de ces pays présentent des taux élevés d’infection par le VIH.

1. Ouganda

L’Ouganda est le pays qui compte le plus grand nombre de travailleurs du sexe en Afrique et le deuxième au monde bien que la prostitution soit illégale en vertu du code pénal de 1950, elle prospère en Ouganda.

Des études ont montré qu’une travailleuse du sexe peut gagner environ 1,5 million de shillings ougandais (439 euros) par mois, ce qui correspond à peu près au salaire d’un enseignant de l’enseignement secondaire par an dans ce pays.

2. Ghana

Le Ghana se classe au troisième rang mondial, bien que la prostitution y soit interdite et passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 15 ans de prison.

Selon une enquête approfondie de Der Spiegel, plus de 100 000 enfants vendent leur corps dans les grandes villes du pays leurs clients sont généralement des hommes âgés de 40 à 50 ans.

Le Ghana attire particulièrement les investisseurs, notamment les Chinois, et les touristes (y compris les Européens), qui viennent pour le sexe.

3. Botswana

Le Botswana se classe au quatrième rang mondial et a connu un taux élevé d’infection par le VIH en 2010, ce qui a incité le gouvernement à légaliser la prostitution au nom de la lutte contre le sida.

Le Botswana est le troisième pays d’Afrique de l’Ouest pour le nombre de travailleurs du sexe.

4. Algérie

L’Algérie compte plus de 1,2 million de travailleuses du sexe clandestines. L’une des particularités de l’Algérie en la matière est que la jeune fille travaille pour sa famille, d’où le nom de « prostitution vivante », ce qui signifie que la prostitution est héritée au sein de la famille.

Dès l’âge de 16 ou 17 ans, les filles assument la responsabilité de la famille et de ses besoins. Ainsi, pour les Algériennes, la prostitution est synonyme de subvenir aux besoins de leurs frères et de les nourrir.

L’Institut Abasa a mené une enquête qui montre que ce type de problème touche plus de 26% de la population.

5. Tunisie

La prostitution dans ce pays remonte à l’époque coloniale. Elle y est autorisée, concentrée et contrôlée pour des raisons « sanitaires et fiscales ».

Éthiopie… La capitale de la prostitution africaine

Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, a été nommée capitale africaine de la prostitution en 2015. À l’époque, la ville avait battu tous les records africains.

Les autorités ne sanctionnent plus le même acte, sauf en cas de violence, où elles sont appelées « travailleuses d’entreprise ». La prostitution est un réseau mondial dans le pays.

Le secteur est encouragé même par des dons canadiens, britanniques et américains, mais depuis 2013, les ONG ont dû faire de leur mieux pour contenir cette épidémie à cause de la prostitution des mineures, qui a provoqué de nombreux cas de viols.

Source Bellepresse, Pulse( Octobre 2022)

Bimnews

(Visited 9 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *