samedi, juin 15News That Matters

Guillaume Soro et Alassane Ouattara créent un pont

L’ancien chef de la rébellion, puis premier ministre et président de l’Assemblée nationale, a été condamné à la perpétuité en 2021 pour « atteinte à la sûreté de l’Etat ». L’ancien premier ministre de Côte d’Ivoire Guillaume Soro, en exil depuis 2019, a indiqué jeudi 4 mars avoir échangé au téléphone avec le président Alassane Ouattara pour saluer « le début de la décrispation politique » dans le pays, confirmant une information d’Africa Intelligence.

Guillaume Soro sans faux-fuyant sur les échanges et la réconciliation

Les échanges entre les deux hommes politiques ivoiriens ont été marqués par la cordialité. L’ancien Premier ministre Guillaume Kigbafori Soro maintient sa volonté de servir la cause de la réconciliation et de la paix en Côte d’Ivoire. Dans cet esprit, il demeure ouvert au dialogue. Dans un bref communiqué publié sur les réseaux sociaux, M. Soro affirme avoir téléphoné en mars au chef de l’Etat pour « saluer le début de la décrispation politique en Côte d’Ivoire », des échanges « marqués par la cordialité » selon lui. Il assure également maintenir « sa volonté de servir la cause de la réconciliation et de la paix en Côte d’Ivoire » et demeurer « ouvert au dialogue ». Ces échanges premier du genre, entre les deux hommes depuis près de cinq ans augure d’un début de décrispation politique. « Ce n’est pas un poisson d’avril. La prochaine fois, ça sera en Côte d’Ivoire. L’élection présidentielle de 2025 n’est plus loin. Il faut s’activer », a poursuivi Guillaume Soro dans un tweet.

Alassane Ouattara engagé dans un processus de réconciliation

Rappelons-le, en février dernier, le Chef de l’Etat ivoirien avait gracié une cinquantaine de prisonniers dont plusieurs proches de Guillaume Soro, condamnés pour « tentative d’atteinte à la sûreté de l’Etat ». Le média en ligne Africa Intelligence a évoqué jeudi matin deux appels entre les deux hommes, le 29 et le 30 mars, au cours desquels ils avaient convenu d’échanger de nouveau pour définir les contours d’une « réconciliation ». Ancien chef de la rébellion qui contrôlait la moitié nord de la Côte d’Ivoire dans les années 2000, puis premier ministre et président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro s’est brouillé avec Alassane Ouattara en 2019, année de son départ en exil.

D’où Guillaume Soro prépare-t-il son retour?

Le président de la transition au Burkina Faso, le capitaine Ibrahim Traoré, a reçu, courant novembre au palais de Kosyam au Burkina Faso, l’opposant ivoirien Guillaume Soro. Guillaume Soro indique « avoir bénéficié des conseils du Chef de l’Etat (le capitaine Traoré, NDLR) sur la nécessité de consolider la paix et la réconciliation dans la sous-région », a précisé la présidence burkinabè.

« C’est tellement saisissant de voir que je peux fouler, à nouveau, le sol du Burkina Faso, grâce à un gouvernement militaire, là où, les gouvernements prétendument démocratiquement élus ont refusé de reconnaître le droit du citoyen que je suis, du ouest-africain que je suis », avait déclaré Soro. La rencontre entre Soro et le capitaine Traoré intervenait huit jours après celle à Niamey avec le chef du régime militaire du Niger, le général Abdourahamane Tiani.

AR Regtoumda

(Visited 4 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *