samedi, juin 15News That Matters

Côte d’Ivoire : 14 corps de victimes de la crise de 2010-2011 remis à leur famille

Quatorze corps de personnes tuées lors de la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire, qui a fait quelque 3.000 morts, ont été remis par le gouvernement à leurs familles lors d’une cérémonie mercredi à Abidjan.

« Ces 14 corps que nous remettons ont été conservés après la crise post-électorale de 2010-2011, pour nécessité d’enquête et d’identification », a expliqué la ministre Belmonde Dogo, à la presse. La somme de 1.500.000 francs CFA a été remis par le gouvernement à chaque famille par chèque à la fin de la cérémonie. Selon la ministre, Les démarches administratives, judiciaires et l’authentification des corps avant qu’ils ne soient restitués, ont débuté en 2013, a indiqué . 47 corps avaient déjà été remis à leurs proches en mars 2023 dans l’ouest du pays, région particulièrement endeuillée par la crise.

« Il nous reste 6 corps à restituer à Duékoué (ouest) mais cela se fera dans les semaines à venir », a-t-elle souligné. Les démarches administratives, judiciaires et l’authentification des corps avant qu’ils ne soient restitués, ont débuté en 2013, a indiqué Belmonde Dogo.

Au total, 67 dépouilles ont donc été remises officiellement, mais des corps ont été récupérés par les familles en dehors de l’initiative de l’Etat et d’autres n’ont pas encore été identifiés. La ministre n’a pas souhaité donner de chiffres à ce propos.

L’aide de l’Etat ne « pourra pas effacer votre peine », a souligné la ministre, mais « je vous demande de pardonner », pour « faire de notre pays un havre de paix »« Nul n’ignore qu’un corps qui n’est pas encore enterré, son âme ne peut reposer en paix », a répondu Youssouf Diabaté, frère d’une des quatorze victimes et porte-parole des familles présentes. « Nous ne sommes pas fâchés », a-t-il affirmé à la ministre, « mais quatorze ans de deuil, c’est beaucoup » et « beaucoup de difficultés rencontrées ».

AR Regtoumda

(Visited 1 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *